Rue Saint-Lambert, 116 - 1200 Woluwé Saint Lambert - info@alivreouvert.be - Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h - Adulte : +32.(0)2.762.98.76 - Jeunesse : +32.(0)2.762.66.69


leschimeresducorpsSylvie Le Poulichet
Aubier, 280 pages, 21 €

Psychanalyste et professeur de psychopathologie à Paris VII, Sylvie Le Poulichet nous fait part dans cet ouvrage des avancées de ses recherches sur les dynamiques qu'elle nomme «processus limites». Autour de patients «borderline», elle nous présente comment dans ces pathologies, situées entre névrose et psychose, ses patients souffrent d'une difficulté à «habiter» leur corps et comment ce corps a une importance au sein de la cure analytique. A travers cinq cas cliniques, Le Poulichet pose l'analyse des rêves, des fantasmes, du transfert comme outils pour recomposer l'image du corps, pour permettre la mise en jeu de processus créateurs qui laisseront surgir un nouveau champ de regard, de jeu et de désir.

mefiezvousCécile Coulon
Viviane Hamy, 110 pages, 16 €

Avec ce premier roman, Cécile Coulon nous offre un livre atypique et brillant. Au fil des pages, le narrateur, l’époque, les sentiments changent. Au centre de tout cela, Lua, petite fille puis adolescente qui observe le monde qui l’entoure et décrypte la vie de ses parents, de ses voisins, de ses camarades d’école. Les souvenirs et les impressions s’entrechoquent mais, en refermant le livre, on a vraiment le sentiment d’avoir pénétré au coeur de la vie d’une famille américaine dans une petite ville où les désillusions ont remplacé les espoirs d’enfants. Lua, elle, refuse de ressembler aux adultes qu’elle croise et ne veut pas rester une petite fille sage. Déconcertant de prime abord mais assurément à découvrir.

leretourdejimlamarLionel Salaün
Liana Levi, 233 pages, 17 €

Stanford, petite bourgade rurale au bord du Mississipi. Depuis 13 ans, Jim Lamar a disparu. Parti servir au Vietnam il n'est jamais revenu sur les terres de ses parents. A Stanford, on a vite fait de l'oublier et de s'approprier son héritage. Mais lorsqu'un jour un homme s'installe dans la maison des Lamar, c'est la stupeur au village. Jim est de retour et ça n'arrange personne. Alors on se méfie de lui, on l'évite, on le menace. Seul le jeune Billy ose lui parler et l'interroger sur son passé de militaire et sur ses années d'errance. Grâce à Jim, Billy découvre que le monde ne se résume pas à Stanford Mississipi et que les hommes peuvent changer leur destin au nom de l'amitié.

lestroissaisonsdelarageVictor Cohen Hadria
Albin Michel, 458 pages, 24.70 €

Ce livre qui nous plonge dans la Normandie du XIXème siècle est le journal intime du Docteur Le Coeur, médecin de campagne qui observe de son regard lucide mais compatissant, les affres et turpitudes de la condition humaine. Tout au long de ses observations, c'est une formidable galerie de portraits qui se dessine et une abondance d'intrigues qui se croisent. L'auteur réussit la gageure de créer un personnage inoubliable, profondément humain, tout en ménageant adroitement les rebondissements dans un récit magnifiquement écrit, foisonnant et passionnant.

leselJean-Baptiste Del Amo
Gallimard, 284 pages, 19.50 €

Ce soir, Louise réunit ses trois enfants et leur famille. A la perspective de ce dîner, le passé, marqué par la forte personnalité d'un père désormais mort, affleure comme des morceaux non résolus de la vie de chacun. Tous ont retenu désirs ou paroles, tous ont vécu des scènes, -un geste osé, une gifle trop forte, le trouble d'une pulsion-, banales pour certains, décisives pour d'autres. Mêlant mouvements d'écritures amples et moments percutants, nostalgie et rancoeur, dans un subtil questionnement de la vie, Del Amo réussit à élargir ces histoires particulières à une histoire, la nôtre, ni trop simple ni trop tragique, juste essentielle.

la-carte-et-le-territoire-houellebecqMichel Houellebecq
Flammarion, 428 pages, 22 €

Même si le personnage Houellebecq agace, force est de reconnaître le coup de plume de l'écrivain. Il sait manier la langue à des fins littéraires et narratives et même avec beaucoup de talent. Dans ce dernier roman, il met en scène un artiste photographe puis peintre du nom de Jed Martin extrêmement bien coté sur le marché de l'art. Houellebecq en profite d'ailleurs pour porter une critique acerbe du monde de l'art ainsi que du petit milieu littéraire parisien représenté par lui-même et Frédéric Beigbeder en personne dans le roman. Tout en restant dans l'intimité de son personnage, il dresse un portrait très critique de la société dans laquelle nous vivons. Avec humour, il imagine sa propre mort : découpé en petites bandes de chair par un serial killer.

Newsletter

Notre label

Label de qualité - le libraire

logo_alsj
logo_initiales
Suivez-nous sur Facebook