Rue Saint-Lambert, 116 - 1200 Woluwé Saint Lambert - info@alivreouvert.be - Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h - Adulte : +32.(0)2.762.98.76 - Jeunesse : +32.(0)2.762.66.69

A livre ouvert - Le rat conteurphoto librairie Alivreouvert
N'envoyez pas de fleurs / Littérature policière
Martin Solares, N’envoyez pas de fleurs, traduit de l’espagnol (Mexique) par Christilla Vasserot,
Christian Bourgois, 2017

« Il leur dit qu’il y avait une personne capable de retrouver la petite: un ex-policier. Il leur dit que si l’individu en question était toujours vivant, après le différend qu’il avait eu avec ses propres collègues, il serait la personne idéale, parce qu’il avait déjà survécu au moins deux fois à ce genre d’affaires, pour lesquelles un suicidaire est plus utile qu’un enquêteur. Il leur dit que si d’aventure il était toujours vivant, ce qui n’était pas improbable, ils pourraient peut-être le trouver dans des états voisins, Veracruz ou San Luis Potosi, car il était arrivé plus d’une fois qu’un de ses informateurs signale sa présence sur la route qui descend vers La Eternidad. D’après les informateurs en question, il conduit toujours une voiture blanche et se rend régulièrement dans un restaurant près du fleuve, en face des brise-lames. Il reste attablé là une ou deux heures, discute avec les propriétaires, fait ses petites affaires et retourne sur ses pas, pour aller où, personne ne le sait vraiment. D’autres disent qu’il fait de la contrebande, mais ça me semble peu probable, souligna le consul, il s’est toujours tenu à l’écart du crime.»


solares-fleursIl s’appelle Carlos Trevino. C’est un ancien flic du commissariat de La Eternidad. Il est recherché, a changé de vie et a promis à sa femme qu’il ne mènerait plus d’enquête.

L'autre s’appelle Margarito Gonzalez. Il est commissaire de police de La Eternidad. Il est corrompu jusqu’au bout des ongles, voue une haine sans limite à Carlos Trevino et sa femme l’a quitté.

N’envoyez pas de fleurs nous fait entendre la voix de ces deux personnages dont les chemins se croisent et se décroisent au fil d’une intrigue complexe et passionnante. Bien plus qu’un thriller c’est toute la société mexicaine moderne que nous décrit ici Martin Solares. Gang, police, petites gens et riches industriels, politiciens tous tentent de sauver leur peau dans ce monde violent, injuste et corrompu. Comme dans Les minutes noires paru aux éditions Bourgois en 2009 et en 2010 au éditions 10/18, Martin Solares poursuit ici son exploration de l’âme humaine celle des flics, ex-flics, journalistes ou autres ainsi que son exploration proprement littéraire et c’est très réussi. L'auteur dit d'ailleurs: « Ce qui m'intéresse n'est pas de créer des miroirs de la réalité, mais d'en proposer des mirages : des récits qui puissent convaincre le lecteur de suivre une série d'images plus suggestives que celles du quotidien, afin de le submerger dans une autre réalité - la fiction littéraire - et transformer ainsi son point de vue. Mon intention était d'inventer une maison blanche qui ait une maison noire à l'intérieur, au centre de laquelle il y aurait un jardin ».

 

Newsletter

logo_alsj
logo_initiales
Suivez-nous sur Facebook